Les ITSS

ITSS signifie « infection transmissible sexuellement ou par le sang ». Ces infections sont diverses et sont causées par des virus (ex. : le VIH, l’herpès, les hépatites, les condylomes), des bactéries (ex. : la syphilis, la gonorrhée, la chlamydia) ou des parasites (ex. : les morpions). En connaître davantage sur les ITSS, leur mode de transmission et sur la manière de les prévenir est un moyen efficace pour préserver ta santé et celle de tes partenaires.

La première section parle des ITSS en général. La deuxième donne des détails sur les ITSS spécifiques.

Comment une ITSS se transmet?

Les ITSS utilisent différentes voies de transmission comme le sang, le sperme et les sécrétions anales ou vaginales. Certaines peuvent se transmettre lors d’un contact de peau à peau. Elles se transmettent lors

  • D’une pénétration du pénis dans la gorge, l’anus, le trou frontal ou le vagin
  • D’un contact de la bouche avec le pénis, l’anus, la vulve ou le vagin
  • D’un contact intime (peau à peau)
  • D’une activité sexuelle comportant des possibilités de saignement (ex. : le fisting)
  • Du partage de jouets sexuels
  • Du partage de matériel servant à l’injection ou à l’inhalation de drogues
  • De la réutilisation de matériels non ou mal stérilisés pour réaliser un tatouage ou un piercing

Est-ce qu’il y a des symptômes?

Dans la grande majorité du temps, les ITSS sont sans symptômes apparents. Ce qui veut dire que tu pourrais avoir une ITSS sans le savoir.

S’il y a présence de symptômes, il est question :

  • D’écoulement verdâtre ou jaunâtre
  • De lésions aux parties génitales, anales ou buccales
  • De symptômes s’apparentant à un mauvais rhume
  • D’un rash

Comment savoir si j’ai une ITSS?

Te faire dépister. Vu que les ITSS viennent la plupart du temps sans aucune douleur, écoulement ou plaie, la seule chose que tu peux faire pour savoir si tu en as une est de te faire dépister.

Pour plus d’information sur le déroulement du dépistage, visite la page Dépistage de la section Stratégies de prévention.

Voici plus de détails pour les ITSS les plus courantes

Les bactéries

Chlamydia et Gonorrhée

La chlamydia et la gonorrhée sont deux ITSS différentes, qui se présentent souvent en même temps. Elles sont très répandues et se dépistent à l’aide d’un test d’urine s’il n’y a pas de symptômes. En présence de symptômes, des prélèvements seront faits. Il est possible que les régions infectées soient les organes génitaux, la gorge ou l’anus.

 

Transmission

La chlamydia et la gonorrhée se transmettent sexuellement par :

  • simples contacts entre les organes génitaux (sans pénétration)
  • la pénétration anale, vaginale ou frontale
  • le sexe oral (pipe ou fellation, rimming ou anulingus, cunnilingus)
  • le partage de jouets sexuels

 

Symptômes

La majorité des personnes n’ont pas de symptômes. Quand il y en a, ça peut être :

  • écoulements inhabituels par le pénis ou l’anus
  • douleurs en faisant pipi (picotement ou brûlure)
  • douleurs aux testicules ou dans la région de l’anus
  • mal à la gorge (gonorrhée)
  • pertes inhabituelles du trou frontal
  • saignements du trou frontal après les relations sexuelles

 

Traitement

La chlamydia et la gonorrhée se traitent avec des médicaments. Le traitement est gratuit pour la personne infectée et ses partenaires sexuels.

LGV - Lymphogranulomatose vénérienne

La LGV est une bactérie de la famille de la chlamydia. Cette infection évolue en trois stades : primaire, secondaire et tertiaire. Elle peut se transmettre même lorsqu’il n’y a pas de symptômes.

 

Transmission

La LGV peut se transmettre par :

  • le sexe oral (pipe ou fellation, rimming ou anulingus, cunnilingus)
  • la pénétration anale, vaginale ou frontale
  • simple contact entre les organes génitaux (sans pénétration)
  • le partage de jouets sexuels

 

Symptômes

Il n’y a pas toujours de symptômes. Lorsqu’il y en a, ils varient selon le stade de l’infection.

Stade primaire : Une ou plusieurs petites lésions (chancre, plaie) qui ne font pas mal et peuvent apparaître de 3 à 30 jours après la transmission et disparaissent d’elles-mêmes. Souvent, la personne ne se rend pas compte qu’elle a des lésions. Elles peuvent être sur : le pénis, rectum, bouche, gorge, trou frontal. La personne est toujours porteuse de la LGV et peut la transmettre, même après la disparition des symptômes.

Stade secondaire : Les symptômes du 2e stade peuvent durer plusieurs semaines à plusieurs mois. Ils apparaissent de 2 à 6 semaines après les lésions du stade primaire.

  • ganglions plus gros, douloureux, dans l’aine ou dans le cou;
  • fièvre;
  • douleurs aux muscles ou aux articulations;
  • écoulements avec du sang ou du pus par l’anus;
  • écoulement de pus crémeux et blanchâtre des ganglions;
  • constipation

Stade tertiaire : Ces symptômes peuvent apparaître de 1 à 20 ans après la transmission. Il s’agit de dommages importants aux organes génitaux ou à la région anale, comme par exemple des difformités ou des excroissances (des bosses) qui ressemblent à des hémorroïdes. Ces dommages peuvent être permanents, d’où l’importance de se faire dépister régulièrement.

 

Traitement

Si tu as la LGV, les médicaments pour la traiter sont gratuit pour toi et tes partenaires sexuels. Elle se traite facilement quand elle est dépistée tôt. Rappelle-toi que la LGV non traitée peut mener au stade tertiaire d’infection, où les dommages sont permanents.

Syphilis

Au Québec, la syphilis, touche majoritairement les hommes qui ont du sexe avec des hommes. Souvent, la personne infectée par la syphilis n’a pas de symptômes ou ne les remarque pas. Du moment que tu as du sexe avec des hommes, fais-toi dépister pour la syphilis au moins une fois par année.

 

Transmission

La syphilis peut se transmettre : 

  • par contact oral : en faisant une pipe (sucer une queue, faire une fellation) ou un rimming (anulingus, lécher, manger un cul)
  • par pénétration anale : quand tu pénètres (top) ou te fais pénétrer (bottom)
  • parfois, en te frottant tout nu contre ton partenaire ou en partageant tes jouets sexuels

 

Symptômes

Souvent, la personne infectée par la syphilis n’a pas de symptômes ou ne les remarque pas. S’ils apparaissent, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes, mais l’infection n’est pas guérie pour autant. Lorsqu’il y en a, les symptômes évoluent selon le stade de l’infection.

 

Stade primaire :

  • des chancres (petits ulcères) apparaissent sur ou autour du pénis et des testicules, de l’anus ou de la bouche. Souvent, la personne ne se rend pas compte qu’elle en a et ils ne font pas mal.
  • Ils peuvent apparaître 3 mois après la transmission de la syphilis et disparaissent par eux-mêmes après 3 à 6 semaines.
  • L’infection reste dans le corps et peut être transmise à quelqu’un.

Stade secondaire : les symptômes peuvent apparaitre jusqu’à 6 mois après la transmission de la bactérie. Ils peuvent être:

  • semblables à ceux de la grippe (fièvre, mal de tête, fatigue, douleurs aux muscles, ganglions enflés)
  • des rougeurs ou des boutons sur les mains, les doigts, les pieds ou ailleurs sur le corps

Les symptômes disparaissent sans traitement après quelques semaines. L’infection reste dans le corps et peut être transmise à quelqu’un.

Stade de latence : Stade sans symptôme qui peut durer plusieurs années, où l’infection reste dans le corps et peut être transmise à quelqu’un.

Stade tertiaire : La personne infectée peut développer des problèmes graves au cœur, au cerveau, aux os et au foie. Ils peuvent apparaître de 5 à 30 ans après l’infection. À ce stade, la personne ne peut plus transmettre l’infection.

 

Traitement

Dépistée et traitée rapidement (stade primaire ou secondaire), une syphilis se guérit complètement. Les médicaments sont gratuits pour la personne infectée et ses partenaires sexuels. Non traitée, l’infection peut causer des dommages importants au cerveau, au cœur et aux os.

Rappelle-toi que tu peux attraper la syphilis plus d’une fois. C’est pourquoi passer régulièrement un test de dépistage est important.

Les virus

Herpès

Le virus de l’herpès peut causer des petits ulcères, aussi appelés lésions ou poussées, à différents endroits sur le corps. Il existe deux types du virus de l’herpès :

  • Type 1 : aussi appelé feu sauvage ou bouton de fièvre, il apparait sur la bouche et peut être transmis aux organes génitaux lors du sexe oral
  • Type 2 : aussi appelé herpès génital, il apparait sur les organes génitaux et est plus difficilement transmis à la bouche

 

Transmission 

Le sperme et les sécrétions vaginales, frontales ou anales ne transmettent pas l’herpès. Les deux types se transmettent quand le virus est actif à la surface de la peau de la personne qui vit avec. La transmission peut s’effectuer par :

  • simple contact de peau à peau avec une personne qui a l’herpès (avec ou sans symptômes apparents)
  • une relation sexuelle avec ou sans pénétration anale, vaginale ou frontale
  • le sexe oral (ex. si tu as un feu sauvage et tu fais une fellation, il pourrait avoir une transmission)

Le virus est actif :

  • quand il y a des lésions apparentes.
  • quand il y a des signes avant-coureurs d’une poussée d’herpès, appelés les prodormes (démangeaisons, fièvre, picotement, etc.). Ils peuvent survenir de quelques heures à 2 jours avant la poussée.
  • à certains moments, quand il est à la surface de la peau sans créer de lésions. Ces moments représentent de 3% à 1% du temps.

Pour en savoir plus, consulte le site Info-Herpès du Portail VIH/sida du Québec.

 

Symptômes

La plupart du temps, les personnes n’ont pas de symptômes. S’il y en a, les symptômes sont de petits ulcères douloureux (sensation de brûlure) sur les organes génitaux, les cuisses, l’anus, les fesses et l’intérieur du vagin ou du trou frontal (aussi appelé “la région des boxers”).

Les personnes qui vivent avec l’herpès peuvent avoir des épisodes (récurrences, crises, poussées). Lors du premier épisode où les ulcères apparaissent, la personne peut avoir de la fièvre et des douleurs musculaires en plus. Les épisodes suivants sont souvent moins intenses. Les lésions réapparaissent souvent au même endroit.

 

Traitement

Malheureusement, il n’est pas possible de guérir de l’herpès. Des médicaments peuvent aider à diminuer la fréquence des « crises » (apparition des lésions) et le risque de transmission, en plus de soulager les symptômes. Parles-en à ton ou ta médecin.

 

Si tu vis avec l’herpès et aimerais recevoir du soutien, contacte Info-Herpès, un service adapté offert par le Portail VIH/sida du Québec.

VPH - virus du papillome humain

Le VPH est l’une des infections les plus répandues au Québec. Il existe plusieurs types de virus dont une quarantaine sont transmissibles sexuellement. C’est le virus qui est responsable des « verrues génitales » (condylomes). Les VPH peuvent être à faible risque ou à risque élevé de cancer. Ton ou ta médecin pourra t’informer et te recommander les actions les plus appropriées pour ta santé.

 

Transmission

Le VPH peut se transmettre par :

  • de simples contacts peau à peau entre organes génitaux (relation sans pénétration)
  • la pénétration anale, vaginale ou frontale
  • le sexe oral (pipe, ou fellation, la bouche entre en contact avec des organes génitaux ou l’anus)
  • le partage de jouets sexuels

Cela, même en l’absence de verrues (petites bosses) sur la peau ou les muqueuses du pénis, des testicules, de la vulve, de l’anus ou de la gorge.

 

Symptômes

Très souvent, la personne infectée par le VPH n’a pas de symptômes. Elle ne sait pas qu’elle est infectée. Quand il y en a, ce sont :

  • Des bosses appelées condylomes ou verrues génitales, sur les organes génitaux, autour de l’anus et parfois la bouche.
  • Pour les hommes avec un trou frontal, ça peut être des lésions au col de l’utérus

 

Traitement

  • Dans la plupart des cas, le corps élimine l’infection sans qu’une intervention ne soit nécessaire.
  • Pour les condylomes, certains traitements permettent de les faire disparaitre. Par contre, ils peuvent réapparaître par la suite.
  • Selon le type de VPH, ton médecin pourra te proposer un traitement approprié.

Il existe aussi un vaccin préventif pour protéger des types de VPH les plus communs. Il est offert gratuitement aux personnes de 9 à 26 ans. Pour en savoir plus, consulte le site du Gouvernement du Québec.

Hépatites A, B et C

Les hépatites sont des inflammations du foie.

Symptômes

La plupart du temps, il n’y a pas de symptômes. Quand il y en a, ils sont similaires pour les hépatites A, B et C :

  • fatigue
  • diminution de l’appétit
  • maux de cœur (nausées) ou de ventre
  • jaunisse (la peau et le blanc des yeux deviennent jaunâtres)
  • selles pâles et urine foncée
  • diarrhée

L’hépatite B peut s’accompagner de fièvre. Note que les symptômes de l’hépatite C peuvent prendre 20 ans avant d’apparaître.

 

HÉPATITE A

Transmission

L’hépatite A se retrouve dans les selles de la personne infectée. Elle peut se transmettre sexuellement par :

  • l’anulingus ou le rimming : contact de la bouche avec l’anus, donc les matières fécales (selles) d’une personne infectée.
  • le partage de jouets sexuels qui ont été en contact avec les selles de la personne infectée

Traitement 

La majorité du temps, l’infection disparait d’elle-même et la personne est immunisée à vie. Il existe un vaccin pour prévenir l’infection. Depuis 2008, tous les enfants en 4e année du primaire reçoivent le vaccin contre les hépatites A et B. Si tu n’as pas été vacciné ou que tu ne sais pas si tu l’as été, parles-en à ton ou ta médecin.

 

HÉPATITE B

Transmission 

L’hépatite B peut se transmettre

  • sexuellement, par :
    • la pénétration anale, vaginale ou frontale
    • le partage de jouets sexuels
  • par le sang :
    • Par le partage de matériel d’injection ou d’inhalation de drogues
    • Par le tatouage ou le perçage fait avec du matériel contaminé

Traitement

Il se peut que virus disparaisse de lui-même et la personne devient immunisée contre le virus (elle ne pourra plus le contracter). Sinon, il existe des traitements pour limiter la gravité de l’infection. À se rappeler, il existe un vaccin pour prévenir une infection. Depuis 2008, tous les enfants en 4e année du primaire reçoivent le vaccin contre les hépatites A et B. Si tu n’as pas été vacciné ou que tu ne sais pas si tu l’as été, parles-en à ton ou ta médecin.

 

HÉPATITE C

Transmission

L’hépatite C se transmet surtout par le sang, lors du partage de matériel d’injection ou d’inhalation de drogues ou encore le tatouage ou le perçage fait avec du matériel contaminé.

Plus rarement, l’hépatite C peut se transmettre sexuellement quand il y a une petite quantité de sang, même si on ne peut pas le voir, pendant les relations sexuelles (ex. relations anales sans condom qui durent longtemps, sont brutales, le fisting, le partage de jouets sexuels). Les cas d’infection par voie sexuelle sont surtout vus chez les hommes qui ont des relations anales avec des hommes. Le risque augmente si une des personnes a une autre ITS ou vit avec le VIH.

Traitement

Il n’existe pas de vaccin préventif pour l’hépatite C. Il existe maintenant des traitements efficaces qui permettent la guérison. Après la guérison, la personne n’est pas immunisée, elle peut contracter le virus à nouveau.

VIH

Pour en savoir plus, consulte la section Le VIH.

Les parasites

Morpions

Les morpions sont des parasites qui vivent dans les poils du pubis. Ils sont aussi appelés des poux pour cette raison.

 

Transmission

Les morpions peuvent se transmettre par contact :

  • peau à peau avec une personne infectée
  • avec un objet qui a des morpions (vêtements, draps, serviettes, etc.)

 

Symptômes

S’il y a des symptômes, ça peut être :

  • Des démangeaisons là où il y a des morpions, comme le pubis
  • Des petites taches bleues, qui sont les marques de morsures des morpions
  • Présence de petits insectes brun pâle et d’œufs blancs dans les zones infectées

 

Traitement

Une crème est appliquée sur la zone infectée pendant quelques jours. Il faut aussi laver à l’eau chaude les draps, les serviettes et les vêtements pour éviter une réinfection.

Que faire pour prévenir?

Il existe plusieurs moyens de prévenir l’infection par le VIH. Pour choisir les stratégies qui te conviennent le mieux, visite la section Stratégies de prévention